Les systèmes de rayonnages sont soumis à des conditions extrêmes comme l’exposition à l’humidité ou à la chaleur provoquant leur détérioration. Aussi, beaucoup de professionnels recommandent l’usage de finition anticorrosion. Cependant, cette technique de protection est-elle vraiment efficace ? La réponse à cette question dépend de l’emplacement de la structure ainsi que de son usage au quotidien. Les paragraphes suivants lèvent le voile sur l’efficacité des deux méthodes de renforcement les plus utilisées : la galvanisation et la peinture.

La technique de la pré-galvanisation

Chaque partie du rayonnage doit être renforcée pour mieux résister à la corrosion. Aussi, la galvanisation a pour objectif de zinguer le métal afin de l’isoler et de lui conférer une meilleure résistance aux attaques externes.

Le procédé consiste à tremper la bobine d’acier qui va servir à former les pièces de la structure de rangement dans du zinc en fusion. En pratique, la tâche est effectuée par une entreprise de rayonnages professionnels. En résultat, l’acier est couvert d’une fine couche de protection de 15 à 20 µm d’épaisseur.

Le point fort de cette technique se porte sur le fait que l’ensemble du processus est pris en charge par l’entreprise de zinguerie. Le produit se démarque facilement de par son rendu uniforme et parfaitement lisse. En outre, cette étape constitue une base de traitement thermique pour toute la fabrication.

En même temps, il faut savoir que le résultat de la procédure peut varier d’un fabricant à un autre. De plus, il est important de prévoir un revêtement après quelques années au fait que le produit se détériore avec le temps sans parler de sa faiblesse à certaines substances chimiques.

La finition par galvanisation à chaud

Dans la galvanisation à chaud les pièces du rayonnage sont plongées dans du zinc liquide à 450 ° afin qu’une couche de 60 à 90 µm d’épaisseur se forme à leur surface.  Cette méthode garantit une durée de vie plus longue au rayonnage métallique contre les éraflures et les autres facteurs d’usure. En principe, elle est utilisée pour les structures destinées à l’usage externe.

Le renforcement a une grande efficacité. Par contre, le coût de fabrication plutôt onéreuse peut faire office d’obstacle aux professionnels et particuliers qui veulent l’utiliser pour protéger leur système d’entreposage. En addition, les éléments s’écaillent facilement s’ils sont en contact.

La technique du revêtement par de la peinture

L’idée consiste à appliquer une couche physique qui va servir de protection aux agressions issues de l’environnement externe.

Il y a la peinture électrostatique donnant au rayonnage métallique une meilleure efficacité contre les éléments anti-oxydants, le nettoyage, etc. Elle se fait par la disposition d’une solution sur les pièces qui sont préalablement chargées d’électricité afin d’améliorer l’adhérence de la peinture. Le maitre zinguer passe ensuite l’ensemble dans un four de 160 ° à 180 °C. C’est le revêtement le plus utilisé sur les étagères et modèles de rangement industriel. Il n’y pas de problème sur le court terme, mais au-delà, la différence d’épaisseur de la couche de protection conduit vite à la corrosion.

Enfin, il y a également la peinture par cataphorèse. La méthode a pour but d’immerger les pièces du rayonnage métallique dans de la peinture. La technique permettant aux composants de la substance protectrice d’adhérer à la surface de l’élément protégé s’appelle « électrodéposition cathodique ».  La méthode donne un rendu uniforme, anticorrosif, écologique et avec une excellente longévité. On pourrait dire que c’est l’alternative de renforcement la plus efficace pour renforcer une mezzanine de stockage ou une autre structure de rayonnage charge lourde. En même temps, elle coute assez cher et le procédé est souvent complexe. En tout cas, c’est une solution performante à considérer si l’investissement est possible.